Menu

Bienvenue au paradis

30 juillet 2016 - Romans
Bienvenue au paradis

Andrés Fuentenegra est un exilé chilien vivant à Paris depuis trente ans. Sa compagne, Madeleine, vient de le quitter pour Norberto, un bandonéoniste argentin. Dans sa déclaration de rupture, elle lui donne une enveloppe contenant un billet pour le Chili, lui intimant l’ordre de s’y rendre, pour régler ses comptes avec le passé.

Après trente ans d’absence, ce voyage n’a rien de simple pour Andrés. Il a été expulsé après le coup d’Etat de 1973, à la trentaine. Il revient à « soixante printemps révolus », étiqueté comme « retornado », celui qui retourne au pays après des années d’exil. L’opposition entre ceux qui sont partis et ceux qui sont restés est forte. Un clivage douloureux, lourd de reproches de part et d’autres. Plein d’illusions, aussi. S’il est heureux de retrouver sa tante Ernestina et sa cousine Carmen, il n’en est pas de même pour ses trois autres cousins. Les choses ont changé, mais les blessures d’hier restent. La dictature a laissé des traces indélébiles et la société chilienne n’a pas encore cicatrisé. Autour d’un barbecue typique, arrosé de pisco sour, Andrés réapprivoise ses souvenirs, (re)découvre sa famille. Ses rencontres, ainsi que la révélation d’un secret lourd de conséquences, donneront un sens particulier à sa venue…

Bienvenue au paradis est un roman aux multiples visages ; à l’humour mordant, plein d’émotions et d’incitations à réfléchir. Récit d’une rupture amoureuse où le narrateur ne craint ni le ridicule, ni l’autocritique, il est aussi un pamphlet contre la dictature et ses ravages, contre l’Église (sacrément égratignée), ou le machisme chilien. Hommage vibrant aux victimes de la dictature militaire lorsqu’il évoque les vies volées, meurtries à jamais, il interroge la mémoire, les mémoires en rendant aux morts une identité, un visage. Il parvient également à nous donner une idée du parcours d’un homme exilé depuis trente ans en France, qui se sent à présent « plus français qu’Alain Delon ». Angel Parra se débrouille aussi bien dans chacun des registres qu’il manie. Ces différents tons pourraient dérouter certains lecteurs ; pour ma part j’ai trouvé cela extrêmement réussi. En fait, j’ai dévoré son livre, tout en ayant l’impression de faire moi aussi un long voyage. Peut-être à cause (ou grâce) à ces personnages et à la narration, qui nous donnent le sentiment de voyager aux côtés d’Andrés. De partager ses pensées, parfois décousues, souvent ironiques et justes. Ce personnage attachant m’a fait souvent sourire. Grâce à lui et son auteur, j’ai passé un excellent moment.

Encore une très jolie découverte, aux Éditions Métailié. Dépaysement garanti !

 

Bienvenue au paradis, d’Angel Parra. Éditions Métailié. 180 pages. 2015.

Extrait :

« Un cordon ombilical relie les hommes et les femmes de ma génération décimée : le coup d’État de 1973. Voilà pourquoi pour moi tout se politise instantanément. L’histoire est dure et amère pour ceux qui ont connu l’exil et ceux qui sont restés au pays. Aucun des deux frères séparés de force n’oublie le passé. Chacun a le sien. Ceux de l’intérieur ou de l’extérieur ont des souvenirs différents. Nous savons tous ce que nous avons fait. Comment, où, quand et pourquoi. Même ceux qui, comme moi, ne savaient encore rien faire sinon écrire des pamphlets inspirés par l’utopie chilienne ».

« Je me considérais comme un excellent narrateur de la geste du 11 septembre. Les résultats étaient délicieux. J’étais devenu une source d’informations dignes de foi sur le plan historique et une nouveauté au lit. (…) Au fil du temps, les choses se sont compliquées ; une beauté française qui était passée par mes mains à notre grande satisfaction a même eu des soupçons. Elle m’a dit un jour quelque chose que j’ai considéré comme une offense : – J’ai connu tant de Chiliens qui ont combattu aux côtés du président à La Moneda que, si c’était vrai, le coup d’État aurait échoué. »

Une réflexion sur “ Bienvenue au paradis ”

Kidae

Intéressant, je note ce titre.

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *