Menu

Comment trouver l’amour à cinquante ans quand on est parisienne (et autres questions capitales)

22 juin 2014 - Coup de coeur
Comment trouver l’amour à cinquante ans quand on est parisienne (et autres questions capitales)

Catherine Tournant a la cinquantaine, elle est parisienne et prof de français dans un collège d’Aulnay-sous-Bois. Tous les jours, elle prend le RER, sort de Paris pour rejoindre la banlieue. C’est une femme seule depuis de nombreuses années, divorcée et dont la fille étudie aux États-Unis. Son métier lui tient à cœur ; elle le fait du mieux qu’elle peut. Jusqu’au jour où un évènement inattendu va provoquer une remise en question d’elle-même, et de toute sa vie avec.

Est-elle si ouverte d’esprit qu’elle le prétend ? Quel avenir ces gosses « de banlieue » auront-ils ? Que vont-ils retenir des textes qu’elle leur enseigne ? Quel regard porte t-elle sur un homme noir, en tant que femme blanche ? Enfin, peut-elle trouver l’amour à cinquante ans ?

Autour de ce personnage central gravitent d’autres êtres en recherche d’eux-mêmes, qui veulent donner un sens à leur vie. Natacha Jackowska, l’élève qui vient de perdre sa mère et décide d’arrêter les études ; Dimitri Diop, jeune plombier qui s’interroge sur le fait d’être noir ; Eve-Marie Saada, une psychanalyste en plein doute ou encore Jérémie Lesdiguières, un styliste gay. Ce qui rassemble tous ces êtres est le sentiment d’urgence : il leur faut faire un choix, assumer quelque chose, oser être enfin celui ou celle qu’ils désirent être, pour accéder à la sérénité, au bonheur. Ils sont en proie aux questionnements de chaque être humain, différents selon leur histoire personnelle, leur couleur de peau, leur culture ou leur âge mais si universels à la fois.

Si certains livres sont de petits bijoux, capables de vous emporter avec eux, c’est exactement l’effet produit sur moi par ce court roman de 190 pages. Que j’ai trouvé d’une intelligence, d’une finesse et d’une délicatesse rare. Je l’ai lu quasiment d’une traite, me délectant autant de l’histoire que de l’écriture. Une écriture douce comme une caresse, mais aussi précise et tranchante que l’instrument d’un chirurgien dans la « découpe » de l’âme humaine. Les réflexions de l’auteur sont particulièrement subtiles, son observation de notre société très pertinente et les personnages entièrement crédibles. On sent tout l’amour de Pascal Morin pour les héros qu’il a créé et le plaisir de la lecture s’en trouve décuplé. Quant à Paris, ah ma ville…comme on la retrouve à chaque page, charmeuse et tentaculaire !

Comment passer à côté d’un tel ouvrage ? Tant d’humanité dans un si petit livre, cela vaut le détour !

 

Comment trouver l’amour à cinquante ans quand on est parisienne (et autres questions capitales), de Pascal Morin. Éditions La brune au rouergue. 191 pages. 2013.

2 réflexions sur “ Comment trouver l’amour à cinquante ans quand on est parisienne (et autres questions capitales) ”

Vallette

Merci pour le partage du livre et de ton avis =)
je pense que je vais me le prendre, j’ai besoin d’un peu de romantisme et d’amour en ce moment

Répondre
Manoulivre

Vallette : je ne définirais pas ce roman comme « romantique », car il soulève bon nombre de questions sur les choix que l’on fait dans la vie, avec les autres…mais en tout cas c’est résolument optimiste, ça oui

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *