Menu

Festival Etonnants Voyageurs de Saint-Malo – Petit-Déjeuner avec Jean Teulé, le 19 mai 2013

25 mai 2013 - Festivals et Rencontres

9h : Petit-déjeuner avec Jean Teulé

Jean Teulé se fait un peu attendre, nous en profitons donc pour papoter entre festivaliers. La rencontre a lieu à l’Hôtel Chateaubriand, dans la salle du restaurant (y’a pire comme cadre…). Nous sommes huit à avoir été sélectionnés – et il n’y a qu’un seul homme. Nous plaisantons sur le fait que l’écrivain ne s’est peut-être pas réveillé, ou remis de sa bringue de la veille, qui sait ? Finalement il arrive, et la première chose qu’on se dit, c’est qu’il est très grand (et visiblement pas très bien réveillé). Et puis au bout de 10 minutes passées avec lui, le temps qu’il commande un café, qu’il nous dise que nous sommes courageux de s’être levés si tôt pour lui, on se surprend déjà à penser « ma foi, ce type a l’air charmant ».

Très accessible, extrêmement drôle, il se prête avec beaucoup de gentillesse au jeu des questions-réponses. Je le taquine dès son arrivée en lui disant « en interview vous dîtes que vous travaillez de 9h à 17h en période d’écriture, ce serais donc faux ? Vous n’avez pas l’air très matinal ! ». Après des gros yeux et une grimace hilarante (du style « oulala mais elle mord dès le matin celle-là !) il nous confirme que c’est vrai, et son éditrice, qui est présente, acquiesce à son tour, et renchérit « il ne décroche même pas (souvent) au téléphone ». Eternel inquiet, il nous confie avoir tendance à penser qu’après chaque succès ça sera fini pour lui. Même si son éditrice ne cesse de le rassurer… Il est donc entièrement investi par son travail, y sacrifiant sa vie sociale. Il dit par exemple ne pas sortir au théâtre ou au cinéma tout le temps où il écrit. Durant 4-5 mois, c’est sa phase de recherches, lorsque son roman porte sur un sujet historique ; ensuite, durant environ 1 an et demi, c’est la phase écriture, à raison d’un feuillet par jour. Cette info m’a laissée pantoise ; quelle chance de pouvoir accorder tant de temps à sa passion ! Autre anecdote : il écrit d’abord à la main, puis recopie sur l’ordinateur.

Quand j’ajoute qu’il y va un peu fort dans Je, François Villon, côté passages sanguinolants, voire barbares, il s’exclame : « Isabelle hein ? On me le dit souvent que c’était pas sympa pour elle » (et il se marre). J’aurais l’occasion de vous en reparler avec la critique, mais c’est vrai que la lecture des viols et des tortures version fin du Moyen-Âge, c’est dur ! Il nous fait aussi beaucoup rire en nous racontant qu’il est « fiché » un peu partout en France ou ailleurs (il s’est fait des ennemis « géographiques » suite à la parution de ses divers romans), et qu’il espère que son dernier livre Fleur de Tonnerre sera bien accueilli en Bretagne vu qu’il y a acheté une maison il y a peu… Mais pour l’instant les Bretons semblent assez fiers que l’on ait écrit sur leur région, même si c’est pour faire le récit de la vie d’une tueuse ! Enfin, un des festivaliers demande des nouvelles de Darling, un des romans éponymes de l’auteur, personnage fantasque qui n’est autre que sa cousine. Ma curiosité est à son comble; ça tombe bien, le bouquin en question m’attend sur ma table de chevet, je vais pouvoir l’entamer !

Ce petit-déjeuner était vraiment très sympathique. Si j’avais pu l’enregistrer, j’aurais aimé garder la trace de toutes les vannes de Jean Teulé – qui en débite tout de même pas mal ! Si nous avions pu, je parie aussi que nous serions tous restés une petite heure de plus avec lui, avec grand plaisir (mais bon, faut pas pousser !) Le plus important, et ce dont je me souviendrais, c’est du sourire de cet homme qui apprécie et respecte vraiment ses lecteurs. C’est cette attention toute particulière, la classe et la sincérité dont est pourvue l’auteur de Charlie IX, et du Magasin des suicides que je garderais en mémoire.

Allez, je vais être partageuse… voici la jolie dédicace avec laquelle je suis repartie (je suis démasquée, vous connaissez mon prénom…si vous réussissez à déchiffrer !

86977837_p

2 réflexions sur “ Festival Etonnants Voyageurs de Saint-Malo – Petit-Déjeuner avec Jean Teulé, le 19 mai 2013 ”

Athalie

C’est vrai que l’on peut compter sur Jean teulé pour faire le show à l’oral, brillant, cultivé, charmeur, il a tout pour plaire, même à peine réveillé … Par contre, il semblerait qu’à l’écrit son dernier ouvrage soit un peu bâclé, ce sont des on-dit pour l’instant, et je ne l’ai pas lu. C’est lequel que tu avais préféré déjà ? Je n’ai pas ta mémoir d’éléphant pour retenir toutes les infos …

Répondre
Manoulivre

Moi perso j’ai beaucoup aimé Charly IX, mieux que le très célèbre Magasin des Suicides qui m’avait plu aussi mais où j’aurais aimé une bonne cinquantaine de pages en plus pour être vraiment rassasiée… Quant à Je, François Villon, j’ai aimé aussi mais mon estomac a parfois été secoué devant les tortures moyenâgeuses… Donc Charly IX reste (pour l’instant) de loin mon préféré. Je vais lire Fleur du Tonnerre et vous dirais ce que j’en pense…

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *