Menu

La promesse de l’océan

21 septembre 2015 - Romans
La promesse de l’océan

Mahé est une jeune femme au caractère bien trempé. « Patron de pêche », elle a repris, suite à l’AVC de son père, le très respecté Erwan Landrieux, l’entreprise familiale.

Depuis toute petite, elle côtoie les énormes bateaux du port breton d’Erquy, fréquente les halles à marée (les anciennes criées) et ne se lasse jamais de la mer. C’est ainsi qu’elle a pu faire sa place dans un monde masculin, se faire respecter de ses employés. Son jeune âge lui permet en outre de gérer de manière plus moderne l’entreprise, de s’adapter aux changements survenus dans le secteur de la pêche. Si sa vie professionnelle la comble, le cœur de la belle reste cependant à prendre. Sa vie bien remplie ainsi que la cohabitation avec son père ne facilitent pas les rencontres. Depuis la noyade de son fiancé, Yvon, dix ans auparavant, Mahé enchaine les relations sans lendemain. Et si un simple rendez-vous chez le dentiste pouvait remettre en cause son célibat ?

Bon, d’accord, je reconnais que le « pitch » a de quoi surprendre ceux qui connaissent un peu mes goûts en matière de littérature. D’ordinaire, je suis plutôt friande de romans contemporains, aux propos mâtinés d’engagement, aux thématiques sociales… bref, peu de bleuettes dans ma bibliothèque. Lorsque Babelio m’a proposé une rencontre avec Françoise Bourdin, j’ai accepté. Je connaissais l’auteure de nom, je la savais très populaire. Et comme je suis d’une nature curieuse, je me suis dit : pourquoi pas ? Je vais tenter d’être la plus honnête possible dans ces lignes : aussi surprenant que cela puisse paraître, j’ai passé un très bon moment en compagnie de Mahé. Je sortais d’une lecture très prenante, qui m’avait bouleversée et j’avais vraiment besoin de « poser » mon cerveau. Ce fut donc parfait ! J’étais ravie de me promener en Bretagne, dans ce coin que je connais un peu. J’étais soulagée de m’octroyer le plaisir d’une lecture simple, fluide, avec de bons sentiments qui font du bien. J’ai beaucoup aimé le personnage d’Alan, assez réaliste. Un homme touchant, dont j’aurais bien aimé visiter la malouinière…

La blogueuse que je suis, qui se prétend « exigeante » dans ses choix livresques, me contredirait très certainement. Le pseudo suspense sur la relation de la jeune femme avec le beau dentiste aux yeux « bleus-verts » a de quoi faire sourire, les répétitions du père sont agaçantes, le côté « fille pas gâtée par la vie mais qui a tout pour réussir » de l’héroïne assez grossier et l’histoire du fils caché digne d’une saga télévisuelle, mais… Je préfère mon sentiment premier à ces critiques. La promesse de l’océan ne figurera jamais à la liste de mes coups de cœur ; elle n’en demeure pas moins un souvenir de lecture « détente » que je ne peux, à moins de devenir affreusement snob et hypocrite, renier. Françoise Bourdin a le mérite d’embarquer son lecteur dans son histoire, par le biais d’une écriture « visuelle » qui permet une véritable projection dans les lieux de l’action, de faire taire les méfiants par un style maîtrisé et des personnages très humains, auxquels on s’attache fatalement.

Si vous avez besoin de lire quelque chose de léger, de vous extraire de votre quotidien, je vous invite à découvrir ce roman. Je remercie Babelio et les éditions Pocket pour cette sympathique découverte.

 

La promesse de l’océan, de Françoise Bourdin. Éditions Pocket. 319 pages. 2015.

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *