Menu

Lapin Blanc

1 octobre 2014 - Blablabla

99212212_oEn ce moment, je suis comme le Lapin Blanc dans Alice au pays des merveilles. Toujours en train de courir après le temps (qui court visiblement plus vite que moi). Je me bagarre entre boulot, reprise d’études, lecture perso et blog…

Pourtant, je dois vous parler du Festival América.

Vous montrer le sexy Joseph Boyden en photo (lectrice oui, mais femme aussi non mais !)

Écrire des dizaines de critiques en retard. J’ai décidé de « zapper » pour commencer celles qui portent sur un livre que je n’ai pas aimé. Quitte à écrire moins, je préfère parler de mes coups de cœur plutôt que de mes déceptions !

Juste pour vous mettre l’eau à la bouche, voici le programme de mes prochains articles : Dérives sur le Nil, de Naguib Mahfouz, Mille femmes blanches, de Jim Fergus et La Reine et moi, de Sue Townsend.

Mon sport du moment ? Jongler avec les lectures. Je suis un peu dans le XVIIe siècle pour mes cours, du côté de l’Afrique du Sud avec Des voix parmi les ombres, de Karel Schoeman, dans la linguistique avec Alice au pays du langage, de Marina Yaguello (passionnant mais complexe) et le soir je me fais un petit plaisir en feuilletant Le Dictionnaire amoureux du vin de Bernard Pivot. Bref, pas simple de s’y retrouver !

Je me suis aussi abonnée à la revue Page, mais je n’ai pas encore eu le temps d’en lire une seule ligne. Snif.

Outre ces difficultés existentielles inhérentes à ma passion pour la littérature, je serais présente le samedi 4 octobre pour assister au premier café littéraire de la Cité de l’Immigration, dans le cadre du Prix de la Porte Dorée. Pour ceux qui connaissent un peu mon blog, vous savez que c’est une occasion que je ne manquerais sous aucun prétexte ! Les auteurs présents cette fois-ci seront Catherine Mavrikakis pour son roman La Ballade d’Ali Baba et Jean-Pierre Orban, pour Vera. La rencontre sera comme d’habitude animée par la pétillante Elisabeth Lesne.

Rassurez-vous mes petits chats, je pars m’offrir quatre jours de répit la semaine prochaine, dans mon havre de paix, chez mes grands-parents. La cheminée accueillera mes prochaines lectures, et je ne manquerais pas de rattraper mon retard bloguesque.

Prenez soin de vous !

2 réflexions sur “ Lapin Blanc ”

Kidae

Nous sommes nombreux dans ton cas. Il y a des périodes de l’année (et de notre vie) comme ça. Il faut savoir les accepter, ce n’est pas forcément facile mais ça évite de se miner l’esprit.

Répondre
Manoulivre

Oui c’est vrai Kidae, le plus dur à gérer pour moi c’est la frustration : j’aimerais passer mes journées à lire et à écrire, mais il faut bien gagner sa croûte

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *